Le Dalton, dit Le Grec

Détails du Latécoère Détails du Messerchmitt 109 Détails du Chaouen Détails du Dalton Détails du Latécoère Détails du Messerchmitt 109 Détails du Chaouen Détails du Dalton

 
Localisation 43°12’06’’N – 05°13’91’’E
A 10 m environ du quai de débarquement au Nord de l’île du Planier
 
Type épave/site
Profondeur minimum
Profondeur maximum
Cargo
15 mètres
33 mètres
Difficulté de la plongée
Intérêt faune et flore
Intérêt épave/site

 


Historique de l'épave :

Cargo de 70,5 mètres de long sur 9,75 mètres de large et 1.325 tonneaux, le Dalton fut construit en 1877 aux chantiers Pearse de Stockton. Il appartient à la compagnie Ergasterin SS, après avoir été la propriété des compagnies Pyman et Bell and Co.
Dans la nuit du 18 au 19 février 1928, le Dalton, en provenance de Grèce, approche de Marseille. Son équipage est grec, ce qui lui vaudra son surnom. Il transporte 1.500 tonnes de plomb. La brume est si dense, que l’équipage n’aperçoit pas la lueur du phare de l’île du Planier portant à 37 milles !!! Soudain le navire est stoppé brutalement. Il a heurté le rocher du Souquet. Sa coque est déchirée, et l’eau s’engouffre à gros bouillons dans les cales. Malgré toutes les tentatives de l’équipage pour le dégager, il sombre, coupé en deux. Quarante cinq minutes seulement se sont écoulées depuis le choc. La totalité de l’équipage est recueillie par les gardiens du phare du Planier.


Schéma : Urs Brunner

Description :

Comme pour le Chaouen la plongée sera possible par mer calme et vent faible.
Le mouillage peut s'effectuer juste devant le quai de débarquement de l’île du Planier.
La proue du Dalton est orientée vers l’île. Située à 15 mètres de fond dans les éboulis rocheux, elle a beaucoup souffert, et ne ressemble plus à grand chose. En direction de la poupe, on commence à reconnaître quelque chose à partir de la partie centrale du navire. La forme du Dalton est alors visible. On y voit également les machines et la chaudière. Les superstructures sont complètement affaissées. La poupe est elle en bon état de conservation. Le bastingage a résisté, et le pont subsiste par endroit. On peut sans problème descendre dans la cale arrière.
A 33 m l’hélice et le gouvernail sont les pièces de choix de l’épave.
La barre, qui était visible après le naufrage, a été découpée par Dumas lors de la réalisation du film « Epaves ».
 
 

Faune et flore :

Beaucoup de bancs de poissons : sardines, sars, castagnioles. De petits mérous se trouvent parfois sur l’arrière. On trouve de gros chapons dans les tôles.
L’épave est couverte de concrétions : éponges, gorgones, coraux…
 


Retour page épaves