Le Tromblon

Localisation 4304'00'' N - 0554'20'' E
Au 1 km environ au Sud de
Saint-Elme (port des Sablettes).
Type épave/site
Profondeur minimum
Profondeur maximum
Canonnière
24 mètres
27 mètres
Difficulté de la plongée
Intérêt faune et flore
Intérêt épave/site



Historique de l'épave :

Le Tromblon était une chaloupe-canonnière à hélice mise en service en 1875 à Toulon. Petit bâtiment en fer, il mesurait 23,67 m de long et 7,44 m de large, et jaugeait 189 tonneaux. Propulsé par une machine à vapeur de 450 CV, il atteignait 9 noeuds à 180 Tr/min. Son effectif était de 25 personnes. La petite canonnière consommait 5.250 kg de charbon par jour !
Son armement était composé de deux pièces :
- un canon de 24 mm sur l'avant sans pointage de direction. L'alignement s'obtenait par la manoeuvre du bâtiment !
- un canon rayé de 12 mm à l'arrière, permettant la défense latérale.
Le seul fait de guerre de cette chaloupe est sa participation à la campagne de Tunisie en juillet et août 1881. A la suite de cela le Tromblon rentre à Toulon où l'on ne l'utilisera plus.
Le 13 août 1898 il est proposé comme cible d'exercice, et c'est le 21 octobre de cette même année qu'il est conduit dans l'Anse des Sablettes. Deux des huit obus de 240 mm tirés sur lui depuis la batterie de Peyras l'atteignent, et mettent fin à sa courte carrière.


 
  Le Tromblon

Schéma : Pierre Camus

Description :

Le Tromblon repose légèrement sur le côté droit, posé sur un fond sableux. L'épave a conservé sa forme générale. La proue (à droite du schéma) est extrêmement délabrée, certainement à cause de l'impact qui l'a coulé. Il subsiste quatre bossoirs, deux sur bâbord et deux sur tribord. Ne cherchez pas les canons, l'épave avant d'être coulée, a été démilitarisée. La coque est en mauvais état, trouée de part en part.
Les deux chaudières sont encore entières. La cheminée est visible, couchée sur le flancs tribord. Du pont il ne reste que les traverses entre lesquelles on peut facilement passer.
La poupe (à gauche du schéma) est complète. Il est intéressant de s'en écarter un peu pour contempler sa forme atypique.
Les hélices, bien que présentes, sont ensablées dans leur presque totalité. Le milieu du bâtiment est couvert d'un amas de gueuses en fonte, reste du lest du bateau.

Faune et flore :

Les épontilles (colonne verticale en fer qui soutient le pont) servent de repère à quelques congres et murènes et des bancs de sars s'y protègent parfois. Quelques rougets se baladents sur le sable environnant.
Peu de gorgones et d'algues.

Retour page épaves
Clubs de la Seyne-sur-Mer Clubs de Saint-Mandrier Le Tromblon L'Arroyo L'Ariane Le SMB2